Dogfish Head, Delaware

Dès le réveil, je suis fébrile: aujourd’hui je me rends visiter la microbrasserie Dogfish Head, au Delaware. De Cape may, où je suis, c’est environ 1h30 de route, dont 1h20 de bateau, à cottoyer les dauphins et les bancs de raies. Seulement la traversée vaut la peine, en plus on ajoute à ce périple, une visite d’une microbrasserie fort intéressante. Tous les ingrédients sont réunis pour avoir une journée parfaite.

Chaque jour, Dogfish organise 3 visites guidées de leurs installations. Vous devez par contre vous y prendre à l’avance, seulement une cinquantaine de personnes peuvent y prendre part. Pour ceux qui ont écouté les 5 épisodes de Brew Masters sur les ondes de discovery Channel, avant même de tourner le coin, vous pourrez reconnaître la cabane dans un arbre, tout en acier: assez particulier.

Pour ceux qui ne connaissent pas Dogfish Head, voici un court résumé de qui ils sont. Tout d’abord, son président fondateur est Sam Calagione. Il a brassé 4 brassins avant de s’inscrire à un festival de la citrouille à l’âge de 25 ans et il a remporté le 1er prix de la meilleure bière à la citrouille. Suite à ce franc succès, il donna le nom de Dogfish Head à son entreprise, en l’honneur du nom d’une plage du Maine, où Sam et sa famille avait l’habitude de passer l’été. Depuis maintenant 16 ans, ils brassent plus de 100 000 barils de bières annuellement. Aux états-Unis, pour être considéré comme une micro, on doit brasser moins de 6 000 000 de barils par an ! Et Dogfish est la 11e microbrasserie en importance aux USA ! Plusieurs de leurs bières sont disponibles annuellement, mais une grande majorité de leurs bières sont disponibles en très petites quantités, et compte tenu de la forte demande, les stocks s’écoulent rapidement. Selon la Homebrewers Association, Dogfish Head est la microbrasserie ayant le meilleur portfolio de bières avec leurs 28 bières. 5 d’entres elles se retrouvent parmis le top 50 des bières des U.S.A..

À notre arrivée, on nous accueille chaleureusement. On nous remet des lunettes de sécurité et 4 petits cartons en forme de requin: ils seront échangeables contre 4 consommation à la fin… ou au début si vous êtes impatient ! Tout le monde a très hâte au départ. En attendant on peut regarder leurs nombreux produits dérivés et planifier ce qu’on achètera à notre sortie.

Ça y est nous partons! On passe dans une partie de l’usine où on etrepose le malt et quelques fûts. Notre guide est équipé d’un porte voix et nous parle de l’entreprise. On y apprend que la première bière que Sam a voulu commercialisée était aux cerises. Par contre, au Delaware, au milieu des années 90, il était toujours interdit de vendre de la bière artisanale! 2 jours avant la mise en marché, une nouvelle loi a passé, permettant aux microbrasseries de voir le jour. Il s’est également procuré ses premiers équipements dans un encan agricole. Ses premières cuves de fermentation étaient en fait des cuves servant à faire du yogourt ! Il les a toujours, et les utilise à leur brewpub, où il brasse leurs brassins expérimentaux. Avec ses nouvelles installations, ils devraient être en mesure de brasser plus de 130 000 barils par année.

Dogfish est la première brasserie a avoir brassé une 90 minutes I.P.A.. Sam a même fait breveter une machine lui permettant d’incorporer une dose de houblon chaque minute, pendant 90 minutes,  sans devoir rester à côté de la cuve ! Il l’a surnommée la Sofa King Hoping Machine. Répétez ces 4 mots à voix haute et assez rapidement, vous comprendrez assez facilement le jeu de mot. Sam et son acolyte, sont des rappeurs, ils ont même un disque à leur actif !

Après avoir visité la salle où l’ont fait l’empâtage, la saccharification et l’aromatisation, on nous dirige vers la salle de conditionnement. Un seul mot me vient en tête : stainless steel ! À cette étape cruciale, on doit éviter tout contact avec des éléments pathogènes, cela aura pour effet de contaminer la bière. On nous apprend ensuite que Dogfish utilise plus de 20 sortes de levure. On aurait dû se diriger vers la salle d’embouteillage, mais la production n’était pas en marche cette journée là.

La dernière pièce visitée est la plus impressionnante. il s’agit d’une salle de fermentation tout a fait spéciale. Elle est composée de 8 tonneaux géants de 10 000 litres, dont 3 ne sont fait que de bois. Ils ne contiennent ni colle, ni clous. Ils sont maintenus ensembles que par la pression de la bière à l’intérieur. Leur dernier tonneau est fait d’un bois très dur, qui vient du Paraguay. Ila été créer pour une de leur bière, la Palo Santo Marron. Chaque tonneau de bois vaut plus de 130 000$.  Ils sont les plus gros tonneaux de bois des États-Unis. Vraiment impressionnant !

Pour se rendre au bar, on passe devant un camion transportant la drêche. Elle servira a engraisser les boeufs de la région, qui eux serviront à alimenter les visiteurs du pub, en hamburger ! C’est ça  le cycle de la vie !

Enfin, nous avons fait une arrêt au bar pour déguster 4 de leurs bières, la Raison d’Être, la 60 minutes I.P.A., la 90 minutes I.P.A. et la Burton Baton: elles sont toutes excellentes.

Si vous allez au U.S.A. je vous recommande fortement de visiter une microbrasserie, de cette façon vous découvrirez pleins de choses différentes de ce qu’on voit ici ! Je vous décrirez les produits achetés lors de mon prochain billet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s