Leçon d’histoire: qu’est-ce que le vin d’orge ?

Tout d’abord, plusieurs personnes trouvent ça bizarre de retrouver le mot orge accompagné du mot vin ! Je dois immédiatement vous dire que c’est tout à fait possible de réunir ces deux mots ensemble et que c’est même très bon en bouche ! Dans l’histoire, plusieurs personnes ont utilisé ce terme en l’associant avec une bière tout simplement très forte en alcool. Mais depuis une cinquantaine d’années, le style s’est précisé, et les brasseurs se compliquent la vie autant que le goût des vins d’orge est complexe !

Cela a incité plusieurs brasseurs a développer plusieurs bières plus fortes, comme par exemple, les allemands ont ainsi créé les bocks, dopplebocks et les starkebiers. Les belges, eux, ont créé les doubles, les triples et les quadruples. Tandis qu’en Angleterre, les brasseurs créaient seulement des bières beaucoup plus fortes sans vraiment utiliser les mêmes méthodes de production.

hopsquatch

Tout a commencé il y a plus d’une centaine d’années, alors que le brassage de la bière se faisait principalement dans les maisons des gens très fortunés. Ils avaient même des brasseurs employés et des fois même, leur maître d’hôtel faisait office de brasseur. Au départ, ces brasseurs utilisaient une technique nommée parti-gyle. C’est-à dire qu’après avoir utilisé le malt une première fois pour une bière plus goûteuse, ils réutilisaient le malt une seconde fois pour ainsi créer une bière plus légère, moins goûteuse, qui servirait alors à être consommer comme bière de tous les jours ainsi que par les employés.

Un peu plus tard, les propriétaires demandèrent aux brasseurs de créer une  »bière spéciale ». C’est alors que les brasseurs décidèrent d’inventer une technique, la  »double-brassage » (double-mashing). La particularité de cette méthode résidait dans le fait que le moût de la première brassée était réutilisé pour un deuxième brassage avec du nouveau malt. Donc au lieu d’utiliser de l’eau pour la deuxième fois, on avait le moût, qui lui, était déjà tout plein de saveurs ! Il s’agissait certainement d’une technique qui gaspillait beaucoup de malt, mais cela donnerait un résultat exceptionnel.

À ce temps, ils l’appelaient des Stock Ale Majority Ale ou des October Ale, car ils les brassaient souvent en octobre ! Après le procédé de brassage terminé, les brassins reposaient pour de longues périodes de temps dans des tonneaux. Certains racontent même que certaines de ces bières sont restées pas moins de 25 ans dans les tonneaux !

Lors des premières dégustations, les saveurs contenues dans ce type de cervoise ressemblaient beaucoup au madère, un vin liquoreux portuguais. La longue période de fermentation de ces bières leur permettaient de créer de nouvelles saveurs très surprenantes. Les brasseurs commerciaux, quant à eux, avaient beaucoup de difficulté à reproduire ce type de bière.

Ces Strong Ale auraient, semble t-il, donné naissance aux I.P.A, aux Impérial Stouts ainsi qu’au Baltic Porters et évidemment aux vins d’orge !

La première brasserie à avoir commercialisé ce type de bière fût la Burton brewery Bass, au départ cela se nommait Bass, Ratcliff & Gretton. En 1869, Bass brassa une Strong Ale, qui aujourd’hui serait un vin d’orge, en l’honneur de la naissance de son fils, Robert Ratcliff. Au départ, le bière produite devait être consommée lors du 21e anniversais de naissance du dit fils. Évidemment, les gens n’ont pu attendre 21 ans, c’est alors que quelques bouteilles ont pu être consommées avant le temps. En 1903, Bass produisit la Bass No.1 et elle serait le premier vin d’orge connu.

Depuis ce temps, de plus en plus de brasseurs créent des vin d’orge.  Ce sont quant à moi, les meilleures bières à déguster tranquillement comme un digestif pour remplacer le porto! Au Québec, mes vins d’orge favoris sont la Solstice d’hiver de Dieu Du Ciel, le vin d’Orge Américain du Castor et la barley wine à jack de la micro de Charlevoix. Cela nous démontre un fois de plus la polyvalence de l’orge, puisqu’on peut même l’utiliser pour faire du vin !

Bonne dégustation !

7 réponses à “Leçon d’histoire: qu’est-ce que le vin d’orge ?

  1. Pingback: Leçon d'histoire: qu'est-ce que le vin d'orge ? | Le Blogue De Bières | Vins | Scoop.it·

  2. Pingback: Leçon d’histoire: qu’est-ce que le vin d’orge ? | Blogue De Bière | Scoop.it·

  3. Brasseurs Illimités ont essayé d’en faire une mais c’est très loin d’être réussi. Heureusement qu’il y en a des bonnes dont le Gaz de course. Dans le commerce, même une brasserie presque « industrielle » comme St-Ambroise en fait une assez intéressante.

  4. Pingback: Petit cours de bière 101 ! | Le Blogue De Bières·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s